Articles

Les Focales Edition 2021

ici l’article sur le travail de Rejine Halimi

 

«Aucune société ne peut vivre sans l'intuitivité d'une créatrice. 
Une artiste est une polyvalente de la vie. Une adaptatrice. Une respiratrice 
d'émotions, de tendances, de mouvement. Son rôle consiste à observer, 
à transformer, à adoucir et à écrire ce qu'elle perçoit. Sans filtre»

     «Quand les organisateurs des Focales du Pays d’Auge m’ont demandé de partager mon univers artistique en grand format sur la jetée de l’Ouest de Honfleur, j’ai ressenti de la fierté à l’idée qu’ils aient eu confiance en ma capacité à trouver les chemins du cœur à cœur. J’ai construit ce projet à la façon d’une architecte, pierre après pierre, chacune enveloppée de tout ce que je suis et, à chaque pas, mes émotions.

 Un portrait instantané photographique , c’est le début d’une histoire à partager. Un lien qui se noue tout en pudeur afin de saisir l’instant sans figer les mouvements de l’âme. Le travail technique ne doit jamais empêcher l’émotion d’advenir. Lorsque mes yeux capturent cette émotion, ils fixent cette lumière fugitive, ce reflet, cet éclat, cette transparence, ce cadeau : le regard du cœur.

Je suis en mouvement permanent à la recherche de la vibration furtive mais toujours exceptionnelle.

Ce que je suis, ce que je crée, c’est l’ histoire du cœur à cœur qui se transforme en peinture, en photo.

Dans l’acte de créer, je ne suis ni idée, ni pensée. Je suis une émotion qui grandit, tout doit être réuni, cœur/corps/âme/esprit.

Comme le dit Vieira Da Silva, « Mon érudition, ma connaissance, je la fais en attachant un bout de ficelle à un autre bout de ficelle, puis encore à un autre bout, toutes sortes de bouts de ficelles, puis le nœud s’accroche en moi .»

«Chaque travail est une nouvelle histoire. Quand je crée, je marche plus loin dans ma propre rue à la rencontre de «l’autre».

Rejine Halimi, Honfleur, avril 2021

HONFLEUR, UN VILLAGE, DES VISAGES

Comment rendre sensible au promeneur distrait de la jetée de l’Ouest l’existence dans toutes ses dimensions quelques 8 000 habitants d’une ville arpentée chaque année par des millions de touristes ? Comment résoudre ce mystère de la résistance des habitants à leur propre dissolution dans la marée des visiteurs ? Quelle résilience inespérée les rend capables de poursuivre leur trajectoire personnelle et collective, se connaissant et se reconnaissant entre eux par une façon d’être ensemble ?

Ces questions sous-tendent le travail d’un binôme, chacune se la posant avec son propre médium. La photo pour Rejine. Le texte pour moi. Il nous fallait rencontrer des hommes et des femmes qui incarneraient au moins en partie cette communauté souterraine. Interroger ceux et celles qui animent la ville par leur capacité à innover, par leur savoir-faire ou par leur savoir-être. Il nous fallait mettre en valeur ceux qui restent habituellement dans l’ombre.

Les portraits de Rejine sont intenses. Ils ouvrent la porte à l’imagination. Un dialogue se noue entre ceux qui ont accepté d’être exposés aux regards des autres et ceux qui les regardent en cherchant à comprendre ce qui se joue là. Ils sont là : gens de mer et gens de culture, commerçants et services publics, ceux du triangle d’or et ceux de l’arrière. Leur présence sur la jetée est une preuve d’amour pour Honfleur. Un amour qui se décline de bien des façons. Il y a l’amour/avidité qui fait flèche de tout bois ; l’amour inquiet de la fragilité de la ville ; l’amour ambitieux mais souvent déçu qui appelle l’excellence en tout domaine, de la culture au développement du port ; l’amour vache de la colère d’un partage détesté ; l’amour nostalgique qui voudrait entendre autre chose dans les ruelles que le bruit des valises à roulettes des «gîteurs». Et l’amour caché des créateurs retirés dans des demeures secrètes.

Quand les visiteurs sont partis, ou pas encore levés, les habitants se réapproprient leur ville. Ils en parcourent les rues, les rivages et les bois. Le weekend, ils se retirent dans leurs maisons pour profiter de leur jardin en famille et les touristes les plus chanceux sont invités à partager leur art de vivre.

Françoise Edmonde Morin – avril 2021

Paris: Exposition Photo « Mémoire d’un Sourire » i24news


Paris: Exposition « Mémoire d’un Sourire » I24NEWS

« Mémoire d’un Sourire », Un travail uni avec toute laRésidenceAmaraggi, son équipe entière sa directrice Madame MELIHAN-CHEININ
Merci à la FondationpourlaMémoiredelaShoh,  RachelRimmer,  FondationCasipCojasor ,  CorinneBenzekri, I24NEWS
Mon hommage si particulier du coeur à coeur à tous les Résidents d’Amaraggi.

MÉMOIRES VIVES, Invitées de Juliette Sénik, Réjine Halimi et Madame Melihan Cheinin.RCJ Radio

 

« Mémoires Vives » émission de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Préparée par Rachel Rimmer et présentée par Juliette Sénik qui reçoivent Réjine Halimi, artiste peintre photographe et Madame Melihan Cheinin, Directrice de la résidence Amaraggi du Casip Cojasor pour l’exposition « mémoire d’un sourire » du 16 au 27 septembre à la Mairie du 19e arrondissement de Paris

« Où allez vous Mademoiselle ? J’ai répondu : le commissaire m’a donné l’autorisation de partir du poste de police ». « Attendez, je vais vérifier. » Le commissaire lui a confirmé l’autorisation. Moi et une dizaine d’enfants juifs, on a été sauvés ce jour là. Ça jamais je n’ai oublié », Dinka Reich.

Dinka Reich, Rose Volcot, Rachel Puszet (photo ci dessus), Raymonde Kenig, Sabine Lerer, Jean-Marc Leroy, Mendel Gorlicky, Joseph Weissmann, ce sont des noms, des visages, des vies, qu’on pourra voir du 16 au 27 septembre 2019 à la mairie du 19ème arrondissement autour d’une exposition qui s’intitule « Mémoires d’un sourire ».

Ce très beau projet a été mené dans le cadre du programme Kecher, soutenu par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, qui vise à prendre en compte les parcours spécifiques de chaque survivant de la Shoah qui intègre une des 3 résidences du Casip-Cojasor, Amaraggi dans le 19 ème, Kelmann à Créteil et La Colline à Nice.

« Mémoire d’un Sourire » – Expo Photo

Notre avis:

Ce sont des personnes âgées auxquelles on ne parvient plus à donner un âge. Les visages sont posés sur le papier glacé et illuminent le regard du spectateur. Ces gens-là sont des anonymes. Ils habitent cet EHPAD de la Porte des Lilas, la Résidence Amaraggi. Tous partagent le souvenir d’une enfance meurtrie par l’occupation allemande et l’épouvante des camps. Ils ont perdu leurs parents, ou eux-mêmes ont fui la mort. Et parfois, ils racontent, à travers cette expérience photographique, que la vie n’a jamais plus été comme avant, a fortiori quand ils se retrouvent dans une maison de retraite, le corps ralenti par l’âge.
Pourtant, malgré la gravité du sujet, c’est la vie qui domine cette oeuvre photographique L’artiste, Rejine Halimi, a subi la disparition de son propre père, dans cette maison de retraite de la Porte des Lilas, où elle a passé des semaines entières à capter des émotions et des visages. La photographe, dont l’activité principale demeure la peinture, saisit des regards, des bonheurs, des joies, des larmes aussi, et restitue une Histoire universelle, celle de ces hommes et de ces femmes que l’infamie populiste et guerrière a traumatisés pour le reste de leur existence. Il y a beaucoup de dignité dans ces visages. Des paroles brèves, intense, accompagnent les portraits, comme des apostrophes à une histoire dont il faut rappeler avec urgence qu’elle pourrait se reproduire, à l’aune de la montée inquiétante des populismes et des agressions antisémites ou racistes.
Résidence Amaraggi11 boulevard Sérurier 75019 ParisDe 14 heures à 19 heures du lundi au samedi

Laurent Cambon

 

Teaser de l’exposition

 

 

Antoine d’Agata