Articles

“Mémoire d’un Sourire” – Expo Photo

Notre avis:

Ce sont des personnes âgées auxquelles on ne parvient plus à donner un âge. Les visages sont posés sur le papier glacé et illuminent le regard du spectateur. Ces gens-là sont des anonymes. Ils habitent cet EHPAD de la Porte des Lilas, la Résidence Amaraggi. Tous partagent le souvenir d’une enfance meurtrie par l’occupation allemande et l’épouvante des camps. Ils ont perdu leurs parents, ou eux-mêmes ont fui la mort. Et parfois, ils racontent, à travers cette expérience photographique, que la vie n’a jamais plus été comme avant, a fortiori quand ils se retrouvent dans une maison de retraite, le corps ralenti par l’âge.
Pourtant, malgré la gravité du sujet, c’est la vie qui domine cette oeuvre photographique L’artiste, Rejine Halimi, a subi la disparition de son propre père, dans cette maison de retraite de la Porte des Lilas, où elle a passé des semaines entières à capter des émotions et des visages. La photographe, dont l’activité principale demeure la peinture, saisit des regards, des bonheurs, des joies, des larmes aussi, et restitue une Histoire universelle, celle de ces hommes et de ces femmes que l’infamie populiste et guerrière a traumatisés pour le reste de leur existence. Il y a beaucoup de dignité dans ces visages. Des paroles brèves, intense, accompagnent les portraits, comme des apostrophes à une histoire dont il faut rappeler avec urgence qu’elle pourrait se reproduire, à l’aune de la montée inquiétante des populismes et des agressions antisémites ou racistes.
Résidence Amaraggi11 boulevard Sérurier 75019 ParisDe 14 heures à 19 heures du lundi au samedi

Laurent Cambon

 

Teaser de l’exposition

Entre-là – Il n’y a plus tant à penser l’être, qu’à vivre et penser l’entre – Tanaka Min à la Borde

« Le travail de la terre est, en un sens créatif, lié de très près à la danse.
Le fait que notre corps soit exposé à l’espace du dehors, au vent, à la lumière, à la chaleur est en soit un facteur créatif ».


Tanaka Min à la Borde


Tanaka Min est un des grands noms du Buto, la danse des ténèbres. Invité à danser à la clinique psychiatrique de La Borde par Félix Guattari, Tanaka y réalise une performance d’une rare intensité. Le spectacle se déroule à l’extèrieur devant l’entrée du chateau un jour de printemps. Tanaka Min danse sur une musique de Joseph Cantteloube (Bailèiro). La seconde partie se décompose en 2 parties, une discussion animée par Félix Guattari où les pensionnaires livrent leurs impressions sur le spectacle, et une deuxième performance « privée » chez Félix Guattari.

Il n’y a plus tant à penser l’être, qu’à vivre et penser l’entre © entre-là / 

Iris Erez Bodyways